Les nouvelles réserves

Les réserves, un lieu essentiel pour un musée

 

La Communauté de Communes Le Grésivaudan a fourni début 2019 au musée d’Allevard et à son équipe de nouvelles réserves d’une surface de 200m². Bénéficiant du co-financement de la Région Auvergne Rhône-Alpes, ces locaux vont permettre de stocker et ranger dans des conditions optimales une grande part des collections du musée : près de 1500 objets. Une autre réserve sera elle dédiée à accueillir et conserver les collections d’arts graphiques et de textiles.

%

Une infime part des objets sont exposés au public

Les usages des réserves

 

Les réserves d’institution muséale ne sont pas un simple placard dans lequel les conservateurs de musée posent les objets qui ne sont pas exposés. Elles sont un élément primordial dans le processus de conservation des collections.

En effet seul 5 à 10% des objets du musée d’Allevard ont vocation à être exposé simultanément. Les autres vont être gardés dans un bâtiment répondant aux dernières normes de sécurité et de conservation préventive : chaque salle y est parfaitement saine afin de prévenir toutes infestations organiques.

Chaque objet y est surtout localisé de manière rigoureuse pour faciliter sa recherche. Si uniquement les personnels scientifiques et techniques habilités sont en droit d’y accéder, ces espaces seront également consacrés à des travaux de restauration ou de recherche scientifique.

 

L’étape finale du chantier des collections

 

L’arrivée des objets dans les réserves, vers la fin du chantier des collections.

Les collections vont déménager dans leur nouvelle maison que sont les réserves, dans l’attente pour certaines d’entre elles de rejoindre le nouveau musée dans le Parc Thermal. Une étape cruciale se réalise alors, l’anoxie.

An – oxie = absence d’oxygène

L’anoxie est l’ultime étape du chantier des collections avant l’installation des objets à leur place définitive dans les réserves.

Mises dans une grande poche, les collections organiques du Musée d’Allevard (constituées de bois, tissus, cuir et papier) vont être privées d’oxygène durant 3 semaines.

L’opération consiste à diminuer de manière significative le taux d’oxygène dans la poche et y à augmenter le taux d’azote, pour assainir les objets.

Après cette opération, les insectes xylophages (vrillettes) et kératinophages (poissons d’argent et mites), peuplant les collections du musée d’Allevard ne seront plus qu’un lointain souvenir.

Pour des questions de sécurité, seule l’équipe du musée est autorisée à entrer dans les réserves, de manière très brèves et uniquement pour contrôler la bonne routine de cette opération délicate.

 

Il faudra ensuite prendre des précautions pour qu’une nouvelle infestation ne se produise pas :

  • Contrôle de la température et du taux d’humidité dans le nouveau musée, comme dans les réserves.
  • Étanchéité parfaite des portes et fenêtres des espaces accueillant des collections.
  • Interdiction de manger dans les salles où se trouveront des collections.
  • Surveillance et traitement particulier pour les acquisitions dès leurs arrivées.
  • Importance du ménage des réserves et du musée (la poussière est du chocolat pour les xylophages)

Musée d’Allevard
Parc des Forges
38580 Allevard
04 76 45 16 40

logo Grésivaudan

Avec le soutien financier de

La Région soutient votre projet

Share This