Collections en chantier

D’un musée à un autre… Le chantier des collections

 

 

À Allevard, le musée se réorganise. Il déménagera prochainement dans le bâtiment de l’ancien casino, situé dans le Parc Thermal, pour proposer des espaces d’expositions modernisés. Les collections du musée, quant à elles, intègreront dans l’année à venir de nouvelles réserves externalisées. Ainsi, l’équipe doit mener à bien un « chantier des collections ». C’est une chaîne opératoire organisée en vue du déménagement d’une collection.

Les étapes du chantier des collections

 

Les étapes de traitement dépendent du contexte spécifique de la collection concernée. En voici, à Allevard, les principales étapes :

  • l’inventaire
  • la prise de vue photographique
  • le dépoussiérage et la consolidation de l’objet
  • le conditionnement (mise en caisse ou installation de protections)
  • la désinsectisation
  • l’installation dans les réserves

Chaque objet doit arriver dans la réserve en étant identifié, dans un état de propreté et de conservation stable.

Objets inventoriés

Les restaurateurs et le chantier des collections

 

Depuis juillet 2018, trois restaurateurs interviennent régulièrement, selon leurs domaines d’expertises sur les collections du Musée d’Allevard.

En première ligne, ces acteurs du chantier des collections sont organisés, bien équipés et parés à toutes éventualités.

Les outils du restaurateur :

  • GantsChantier des collections
  • Tablier
  • Ciseaux
  • Cutter
  • Pistolet à colle
  • Un bon éclairage
  • Cure-dents
  • Thé ou café (mais toujours loin des collections)

Le matériel de conservation du restaurateur :

Chantier des collections

  • Pinces
  • Papier bulles
  • Tyvek
  • Mousse
  • Caisses en plastique
  • Boîtes de conservation

Les qualités du restaurateur :

  • Minutieux
  • « Œil de lynx »
  • Rapide
  • Champion du monde de l’emballage (ça doit être pratique aux anniversaires)

Les ennemis du restaurateur :Chantier des collections

  • Les vrillettes
  • La poussière
  • La moisissure
  • Les lux trop important
  • Les dégâts des eaux
  • La sueur sur les mains du visiteur « touche à tout »

La restauration de la vasque d’inhalation froide

La vasque d’inhalation froide est un objet de soin thermal inventé par le Docteur Bernard Niepce qui explique son fonctionnement en 1858 dans son Mémoire sur l’action thérapeutique de l’eau sulfureuse et iodée d’Allevard.  « …Plusieurs vasques superposées et de plus en plus petites à mesure qu’elles s’élèvent. Au-dessus de la dernière, se dégagent deux jets d’où l’eau retombe, sous forme de pluie, dans la première vasque ; de celle-ci dans l’inférieure, et ainsi de suite jusque dans la dernière où elle se déverse ; et au moyen de deux conduits, elle est entraînée au dehors… ».

La vasque conservée au Musée d’Allevard est composée de métal et de béton. Sous l’effet du ruissellement de l’eau, le béton est devenu poreux et la structure métallique interne s’est corrodée. Cette dernière a ainsi gonflé et fait exploser le béton.

Les restaurateurs, Frédéric Barbet et Fanny Gruet, effectuent sur la vasque un traitement de conservation et de présentation. Ils consolident la structure, uniformisent les lacunes, remettent en place les plateaux intermédiaires et confortent les cristaux thermaux (fistuleuses) qui sont des signes d’usages importants pour l’interprétation de l’œuvre.

Les restaurations sont essentielles à la vie d’un musée.

Musée d’Allevard
Parc des Forges
38580 Allevard
04 76 45 16 40

logo Grésivaudan

Avec le soutien financier de

La Région soutient votre projet

Share This